COVID-19 : à l’HIA Percy, le pass sanitaire est obligatoire*.
Munissez-vous d’un certificat de vaccination OU test négatif de -72h OU preuve de rétablissement.

* Hors urgences

Historique

Un peu d’histoire…

L’hôpital d’instruction des armées Percy tient son nom du baron  Pierre-François Percy, né à Montagney le 28 octobre 1754 et mort le 18 février 1825 à Paris. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Pierre-François Percy était fils d’un chirurgien militaire et fut le chirurgien en chef de la Grande Armée de Napoléon. Il fut également inspecteur général du Service de Santé, Professeur à la Faculté de médecine de Paris, député de la Haute-Saône (1815), membre de l’Institut et de l’Académie de médecine et commandeur de la Légion d’Honneur.

L’hôpital Percy: établissement de référence dans l’accueil de blessés graves en situation d’afflux massifs.

Quelques exemples : catastrophe d’Argenteuil en 1971, attentat d’Orly en 1983, explosion de Bondy en 2007, accident aérien de la base Los Llanos en Espagne en 2015 et plus récemment, attentats parisiens du 13 Novembre 2015.

Lors du 13 Novembre 2015, l’HIA Percy a notamment joué un rôle essentiel dans la chaine de soin déployée pour venir en aide aux blessés des attentats de Paris.

Historique

L’HIA Percy se transforme…

  • « La Maison des blessés et des familles » a été construite en 2015 et est composée de plusieurs appartements destinées aux familles des soldats blessés en opération et hospitalisés à l’Hôpital d’instruction des armées (HIA) Percy. Les blessés peuvent également bénéficier de ces studios lorsqu’ils reviennent pour des soins. Cela permet de garantir la meilleure prise en charge possible pour les soldats et leurs proches sur le chemin de la reconstruction. Elle assure leur suivi médical tout en les  réadaptant à l’environnement extérieur grâce notamment  à un accompagnement dans les domaines administratif, social mais également  professionnel ;
  • La nouvelle infrastructure du centre de traitement des brulés (CTB) en 2017 : modernisation des espaces visant principalement à faciliter la réponse aux situations d’exceptions. Les travaux menés au CTB ont permis la création de divers éléments : création d’un bloc opératoire polyvalent à trois salles opératoires et une salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI), création d’une zone de déchoquage et d’urgence, création de 18 chambres d’hospitalisation de brûlés adaptées à la réanimation la plus lourde et pour finir la création d’un secteur de crise à 4 chambres permettant la prise en charge de blessés avec contamination interne radiologique ou chimique, ou porteurs de bactéries hautement résistantes ;
  • Création de la Cellule d’Accueil du Militaire (CAM) en 2019 : cellule créée pour faciliter l’accès du militaire dans son parcours de soins (consultations, expertises) ;

Skip to content